SOS Misandrie

« Parce que les hommes battus d’aujourd’hui vivent le calvaire des femmes battues d’hier. »

 

 

Violences conjugales,
agressions sexuelles
 :

les oubliés de la France

 

1 homme sur 4 est victime de harcèlement sexuel au travail *.

1 600 000 hommes victimes d’un stress post-traumatique (SPT) à la suite d’un viol ou d’une tentative de viol subi dans leur vie *.

146 000 hommes victimes par an de violences conjugales tous types confondus *.

26 000 hommes victimes par an de violences sexuelles commises par leur conjoint.e ou ex-conjoint.e *.

67 500 hommes victimes chaque année de violences sexuelles physiques au travail *.

 

Et vous ? Quelle victime de la France misandre êtes vous ?

Violences conjugales,
agressions sexuelles
 :
la France de la honte !

 

0 plaquette informative de l’État où l’homme apparaît comme victime.

0 page Internet de l’État où l’homme apparaît comme victime.

0 précision de l’État pour dire que des structures prennent aussi en charge les hommes victimes.

0 structure d’État spécifiquement dédiée aux hommes victimes.

3 communications de l’État qui précisent qu’un homme a aussi droit au statut de victime ( 1, 2, 3 ).

99.7% communications de l’État qui suggèrent un sexe masculin pour évoquer un agresseur, mais  JAMAIS il n’y est suggéré qu’une victime puisse être un homme.

 

À la maison,

vous aussi ?

Appelez le 3919

(7j/7, de 8h à 22h)



Votre enfant,

risque ça ?

Appelez le
01 47 70 25 34

(7j/7, 24h/24)

DOCUMENTS - FEMMES TUEUSES : L'Affaire Turan Bekar.

 



Précision : les détails de cette affaire sont relatés ici de manière chronologique tels que les enquêteurs et les magistrats en ont été informés.



Résumé détaillé

L'affaire Turan Bekar des nom et prénom de la victime, aussi appelée Affaire du guet-apens du lac Genin est une affaire criminelle française qui débute le 14 avril 2015 à Charix dans l'Ain, près du lac Genin. Ayten, fleuriste et épouse de Turan Bekar, demandera ce soir là à son mari d'effectuer une livraison de fleurs. Il doit prendre Kemal Coban en voiture qui lui indiquera le chemin. Plus loin, ce dernier tentera d'assassiner Turan.

L'enquête permettra de déterminer que c'est la propre épouse de Turan qui aura commandité l'assassinat de son mari. Avec la complicité de son frère Engin Yalcin, ils auront demandé à Murat Civil de recruter Kemal Coban pour tuer Turan en échange de 8000 Euros. Si le mobile présenté à Kemal par Ayten avait trait à de prétendues violences conjugales, l'enquête permettra de démontrer que Ayten Yalcin voulait tuer son mari pour toucher 800 000 Euros d'une assurance-vie dont elle avait falsifié les documents.

Turan sera atteint de 13 coups de couteau lors d'une première tentative. Il réussira à s'enfuir. Puis, alors qu'il a semé son agresseur, il revient à pieds sur la route et croise de nouveau son agresseur en voiture qui tentera de l'écraser.

Le verdict prononcé en première instance a comme particularité que la commanditaire de l'assassinat sera condamnée à une peine plus sévère que celle prononcée contre l'homme qu'elle aura engagé pour tuer son mari.



Les faits

Le 14 avril 2015 au soir, à Oyonnax, Ayten Yalcin, 39 ans, fleuriste, demande à son mari Turan Bekar, 42 ans, ouvrier, d'aller livrer un bouquet constitué de roses rouges, de marguerites et de petites fleurs blanches. Elle lui explique que le client n’a pas de voiture et qu'il veut faire une surprise à sa copine. Il est prévu que vers 22h15 Turan passe au cimetière d'Oyonnax pour prendre le client en voiture et l'amener chez sa copine. À 22h10 Turan prend la Clio verte de sa femme et se rend au cimetière. Il y prend en charge le prétendue client, Kemal Coban, et repart.

Pendant tout le trajet Kemal prétendra avoir trop bu et se sentir mal. Alors que la voiture est en pleine forêt, Kemal se dit pris d'une envie de vomir. Turan stoppe la voiture. C'est alors que Kemal sort un couteau et frappe à 6 reprises Turan au thorax et sur les flancs. La victime réussit à repousser son agresseur, à retirer sa ceinture de sécurité puis à sortir de la voiture. Il lui demande alors pour qui il agit, Kemal lui répondra « Les manouches ». Kemal frappera ensuite Turan au moins à 6 nouvelles reprises dans le dos et au bras dans un geste défensif de Turan.

Dans l'assaut Turan réussira à déséquilibrer Kemal en lui donnant deux coups de poing, mais il trébuchera sur une racine d'arbre et tombera à son tour. Kemal en profitera alors pour lui asséner un dernier coup de couteau au niveau de la jugulaire. Pendant que Kemal tente d'égorger Turan, la lame se brise dans le côté du cou de la victime. Turan réussira ensuite à s'enfuir dans la forêt où il se cachera pendant une trentaine de minutes. A plusieurs reprises il verra son agresseur à sa recherche passer à quelques mètres de lui, un autre couteau à la main, puis il entendra le moteur de la voiture redémarrer et verra les projecteurs du véhicule pointer en direction de la forêt pour le débusquer.

Par la suite Turan réussira à rejoindre une route départementale. En sang, il marchera jusqu'au moment où il apercevra petite voiture de couleur blanche circulant à faible allure. Il fera des signes au conducteur en espérant obtenir du secours. Brusquement le véhicule accélèrera et foncera dans sa direction, manquant de l'écraser. La voiture finira dans le fossé.

Turan réussira enfin à trouver du secours auprès d'une auberge située sur les bords du lac Genin.

Son hospitalisation durera 22 jours, une ITT de 90 jours sera prononcée au bénéfice de Turan au regard de la gravité de ses blessures.



1. Enquête

1.1 1ère audition de Kemal Coban

Trois semaines plus tard, les enquêteurs sont informés de la présence d'une petite voiture banche accidentée dans un fossé de la forêt qui jouxte le lac Genin. Après recherche dans le fichier des plaques minéralogiques ils découvrent qu'il s'agit de la voiture de Kemal Coban.

Le 7 mai 2015 les gendarmes interpellent Kemal Coban. Kemal confirme les faits mais explique qu'ils seraient à percevoir dans le contexte d'une transaction liée à du cannabis. Il affirme aux enquêteurs que Turan aurait rejoint Kemal pour lui vendre de la drogue et que suite à un différent la transaction aurait dégénéré en bagarre. Il qualifiera les coups de couteau portés sur Turan comme étant un accident. A l'issue de cet entretien Kemal Coban sera mis en examen pour tentative d'assassinat et incarcéré.



1.2 Audition de Ayten Yalcin

Elle est mariée à Turan depuis 17 ans.

Elle mentionnera des difficultés dans son couple, et fera état d'anciennes mains courantes déposées pour des faits de violences conjugales.

Elle dira ne pas connaître Kemal Coban. Toutefois, la consultation de ses relevés téléphoniques montreront qu'elle était en relation avec Kemal. Le 18 avril 2015 Ayten Yalcin est mise en examen pour complicité de tentative d'assassinat et placée en détention provisoire.



1.3 Ecoutes téléphoniques de Kemal Coban en prison

Incarcéré sous le régime de la détention préventive Kemal Coban réussira à avoir accès à un téléphone. Les enquêteurs laisseront faire et placeront son appareil sur écoutes. Il l'entendront à plusieurs reprises réclamer à différents interlocuteurs l'argent d'un contrat.



1.4 2nd audition de Kemal Coban

Le 13 janvier 2016 les enquêteurs auditionneront Kemal Coban concernant ses échanges téléphoniques réalisés en prison. Kemal avouera avoir été recruté par Ayten Yalcin, son frère Engin Yalcin et Murat Civil un de leurs amis, pour tuer Turan Bekar. Il expliquera qu'à cette époque il était couvert de dettes et avait accepté ce contrat en échange de 8000 Euros. Kemal dira : « Il m'a proposé simplement et clairement de tuer le mari de sa sœur » « Il m'a dit que sa sœur vivait des jours épouvantables avec lui ».

Kemal niera avoir tenté d'écraser Turan avec sa voiture. Il expliquera avoir perdu le contrôle de la voiture car il conduisait sans ses lunettes. Il prétendra qu'elles seraient tombées pendant leur altercation.

Suite à ces aveux, Engin Yalcin et Murat Civil sont mis en examen pour complicité de tentative d'assassinat.



2. 1er procès

Il s'ouvre le 21 juin 2019 devant la cour d'assises de l'Ain à Bourg-en-Bresse.

Ayten Yalcin et Murat Civil comparaissent libres.

Turan fera valoir que sa maison a été « saisie » faute de traites honorées alors qu'il était soigné à l'hôpital et que sa femme était en détention.

Il sera avéré que quelques heures avant de tenter d'assassiner Turan, Kemal Coban avait placé sa propre voiture, petite et blanche, à proximité du lieu où il avait simulé son malaise à bord de la Clio conduite par Turan.

Il sera avéré que, lors de l'assaut, le couteau a cassé suite à plusieurs mouvements du poignet appliqués par Kemal sur son arme avec comme objectif de trancher la tête de la victime.

II sera avéré que après le second assaut, Turan aura parcouru à pieds et en sang environ un kilomètre et demi avant de se réfugier dans l'auberge du lac de Genin. Cette distance est celle, par la route, qui sépare le lieu où la voiture de Kemal a été retrouvée de l'auberge où il a trouvé secours.

Il sera établi que Kemal Coban n'aura touché que 1300 Euros sur les 8000 Euros convenus.

L'expert psychiatre décrira Ayten en ces termes : « Elle a pu se sentir prise en étau entre une ambition sociale entravée dans la réalité et le caractère indéfectible de la fidélité aux éléments familiaux qui structure son mariage, son mari étant le fils de la sœur de son père. »

Il sera avéré que 2 jours avant la tentative d'assassinat de Turan, son épouse aura tenté de lui faire signer un contrat d'assurance-vie concernant sa Clio. Le contrat prévoyait une indemnité de 800 000 euros en cas de décès du conducteur. Turan refusera de signer ce qu'il décrira comme un « papier marron ». Il sera établi que suite à ce refus, Ayten Yalcin aura falsifié ces documents. Il sera avéré que deux jours plus tard, au soir des faits, la Clio sera accidentée.

Au cour du procès Turan expliquera qu'un certain Murat Civil, chef d'entreprise, était venu chez lui livrer des éléments de décoration pour les bouquets de sa femme. Turan expliquera avoir alors entendu Murat dire à Engin Yalcin présent chez sa sœur « C'est bon, j'ai tout arrangé pour ce soir ».



2.1 Verdict

Il est prononcé le vendredi 28 juin 2019 après 4 heures de délibéré.

Ayten Yalcin, l'épouse de la victime, est condamnée à 18 ans de réclusion criminelle pour avoir été l’instigatrice principale de la tentative d'assassinat de son mari.

Son frère, Engin Yalcin, est condamnée à 16 ans de réclusion criminelle pour avoir secondé sa sœur dans son projet d'assassinat.

Kemal Coban, est condamné à 16 ans de réclusion criminelle pour avoir tenté d'exécuter le « contrat » visant à tuer Turan Bekar contre 8 000 euros.

Murat Civil, est condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour avoir recruté Kemal Coban au profit de la fratrie Yalcin.

Ce verdict est conforme aux réquisitions de l'avocat général, excepté concernant Murat Civil : le parquet avait requis 15 ans de réclusion criminelle.

Les 4 prévenus décident de faire appel.



3. Procès en appel

Il est prévu se tenir en 2020.

Les prévenus sont donc à ce jour présumés innocents des faits qui leur sont reprochés.



Source : Wikipedia : Affaire Turan Bekar



 

Au boulot,

encore elle ?...

Appelez le

01 45 84 24 24

(lundi :14h à 17h,

mardi au vendredi : 9h30 à 12h30)



Vous en avez marre
de cette vie ?...

Appelez le

09 72 39 40 50

(7j/7, 24h/24)

Copyright 2019 – SOS-Misandrie.org