SOS Misandrie

« Parce que les hommes battus d’aujourd’hui vivent le calvaire des femmes battues d’hier. »

 

 

Violences conjugales,
agressions sexuelles
 :

les oubliés de la France

 

1 homme sur 4 est victime de harcèlement sexuel au travail *.

1 600 000 hommes victimes d’un stress post-traumatique (SPT) à la suite d’un viol ou d’une tentative de viol subi dans leur vie *.

146 000 hommes victimes par an de violences conjugales tous types confondus *.

26 000 hommes victimes par an de violences sexuelles commises par leur conjoint.e ou ex-conjoint.e *.

67 500 hommes victimes chaque année de violences sexuelles physiques au travail *.

 

Et vous ? Quelle victime de la France misandre êtes vous ?

Violences conjugales,
agressions sexuelles
 :
la France de la honte !

 

0 plaquette informative de l’État où l’homme apparaît comme victime.

0 page Internet de l’État où l’homme apparaît comme victime.

0 précision de l’État pour dire que des structures prennent aussi en charge les hommes victimes.

0 structure d’État spécifiquement dédiée aux hommes victimes.

3 communications de l’État qui précisent qu’un homme a aussi droit au statut de victime ( 1, 2, 3 ).

99.7% communications de l’État qui suggèrent un sexe masculin pour évoquer un agresseur, mais  JAMAIS il n’y est suggéré qu’une victime puisse être un homme.

 

À la maison,

vous aussi ?

Appelez le 3919

(7j/7, de 8h à 22h)



Votre enfant,

risque ça ?

Appelez le
01 47 70 25 34

(7j/7, 24h/24)

DOCUMENTS - FEMMES TUEUSES : L'Affaire Floury.

 



Précision : les détails de cette affaire sont relatés ici de manière chronologique tels que les enquêteurs et les magistrats en ont été informés.



Résumé détaillé

L'Affaire Floury aussi appelée « Affaire Lionel Floury » des nom et prénom de la victime, est une affaire criminelle française qui débutera le 23 septembre 2011 à Glénac dans le Morbihan lorsque Lionel Floury subira une tentative de meurtre au couteau et à la barre de fer après avoir voulu secourir sa femme Murielle Floury prétendument victime d'une crevaison sur la route.

L'enquête mènera à découvrir qu'il s'agissait d'un traquenard commandité par son épouse Murielle Floury née Couret. On découvrira qu'elle avait déjà tenté de l'assassiner à deux reprises. Sorti de l'hôpital Lionel sera victime d'une quatrième tentative de meurtre. La coïncidence mènera les enquêteurs à découvrir que Murielle Floury tentait ainsi d'assassiner son mari en utilisant comme homme de main Jean-Sébastien Thomas, le petit ami de sa fille, ainsi que son amant Patrice Pluot comme complice.



Les faits

Le 23 septembre 2011 dans la nuit, à Glénac, dans le Morbihan, Lionel Floury reçoit un appel de sa femme qui lui dit être en panne en pleine campagne à cause d'une crevaison. Lionel se rendra sur les lieux de l'incident et, alors qu'il change la roue, il recevra plusieurs coups de barre de fer dans le dos, suivi de 7 coups de couteau à la carotide, à l’œil, aux poumons, et à la gorge. Son agresseur s'enfuira. Lionel Floury sera admis vers 23h30 à l'hôpital de Redon. Son pronostique vital étant engagé il sera transféré dans une unité de soins intensifs à l'hôpital Pontchaillou à Rennes.



1. Débuts de l'enquête

1.1 Audition de Murielle et de sa fille Alizée

Pendant l'hospitalisation de Lionel, dès le lendemain son épouse Murielle accompagnée par sa fille Alizée (issue d'une première union) seront entendues par la police. Murielle dira ne pas connaître d'ennemi à son mari et ne pouvoir reconnaître l'agresseur qui portait une capuche. Elle prétendra avoir emprunté cette route pour reconnaître le chemin qu'elle devrait prendre prochainement pour accompagner sa fille en boîte de nuit. Alizée confirmera.

1.2 Recherche dans les fichiers de la police

Une recherche dans les fichiers informatiques de la police mènera les enquêteurs à découvrir que Lionel Floury avait déjà déposé plainte suite à deux sabotages de sa voiture de fonction, touchant le système ABS et la boulonnerie du véhicule. Les enquêteurs privilégieront donc la thèse intentionnelle concernant cette nouvelle tentative de meurtre.

1.3 Audition de Lionel Floury

Trois semaines après son admission, Lionel Floury sort de l'hôpital et se rend à la gendarmerie. Il déclarera soupçonner une ex-maîtresse et le mari de celle-ci. Ils seront disculpés. Durant l'entretien Lionel avouera que sa femme est atteinte de leucémie et qu'elle et lui ne peuvent donc plus avoir de relations sexuelles, d'où l'adultère. Lionel dira ne pas connaître d'autre ennemi.

1.4 Audition du père de Lionel

Le père de Lionel contactera de lui même la gendarmerie. Pendant son audition il indiquera soupçonner Murielle sans avoir d'autre argument que son propre ressenti. Dans un premier temps les gendarmes ne donneront pas suite.



2. Tentative d'empoisonnement

Lionel reprend assez rapidement son travail de routier consistant à visiter les établissements d'une chaîne de restauration. Les séquelles de son agression se font toujours sentir, mais jours après jours il ressent de plus en plus la fatigue, jusqu'à parfois ne pas pouvoir se rendre au travail. Il commence à avoir des problèmes de coordination, à ne plus pouvoir se nourrir. Il tentera tout de même d'utiliser sa voiture dans le cadre de son travail et manquera d'avoir un accident en heurtant une glissière de sécurité sur une autoroute entre Rennes et Laval.

Les jours suivant son état empire, il ressent le besoin de dormir constamment, ne peut plus se nourrir par lui même, et a des problèmes d'élocution. Ce sont ses enfants qui l'inciteront à se rendre dans un hôpital psychiatrique. Une prise de sang révélera la présence à forte dose de benzodiazépine. Il restera à l'hôpital quelques jours, le temps nécessaire pour évacuer quantité de cette substance.

En fin de semaine il recevra l'autorisation des médecins de passer le week-end de réveillon de fin d'année chez lui. A son retour à l'hôpital le dimanche 1er janvier 2012 au soir, une nouvelle prise de sang révélera que son taux de benzodiazépine aura doublé pendant ce court séjour chez lui.



3. Poursuite de l'enquête

3.1 Écoutes téléphoniques de Murielle

Suite à ces événements Murielle est placée sur écoutes téléphoniques. Les gendarmes découvrent qu'elle n'est pas atteinte de leucémie, qu'il s'agit d'un prétexte pour ne plus avoir de relations sexuelles avec son mari. Ils découvrent aussi qu'elle apprécie les soirées en boîte de nuit, qu'elle y consomme de fortes doses d'alcool. Enfin ils apprennent qu'elle est enceinte d'un amant : Patrice Pluot.

L'enquête mène alors à découvrir que le téléphone portable de Patrice se trouvait sur les lieux de l'incident du pneu crevé de Murielle, et de l'agression de son mari venu la secourir.

Le 16 mars 2012 Murielle et Patrice sont interpellés puis auditionnés à la gendarmerie. Patrice dira avoir été avec Alizée dans un bistrot à La Gacilly au moment où il aura reçu un appel de Murielle suite à l'agression de son mari. Il se sera alors rendu sur les lieux.

3.2 Enquête sur Facebook

Les gendarmes se rendront sur le profil Facebook de Murielle. Il y découvriront que pendant le séjour de Lionel à l'hôpital Murielle avait organisé des soirées chez eux avec son amant, sa fille Alizée, et le petit ami de sa fille : Jean-Sébastien. Ces soirées auront été immortalisées par des photos postées sur le réseau social.

Il sera aussi avéré que durant le week-end de réveillon où Lionel était rentré chez lui, Murielle avait invité son amant chez eux en le présentant comme un ami.

3.3 Nouvelle audition d'Alizée

Alizée se présentera à la gendarmerie pour avouer avoir menti : suite à l'agression de Lionel, c'est sa mère Murielle qui lui avait demandé de raconter qu'elle était partie reconnaître le chemin de la boîte de nuit. Alizée avouera que sa mère n'avait pas besoin de reconnaître cet itinéraire car elle le connaissait déjà.

Alizée expliquera aussi que si elle se trouvait effectivement au bistrot à La Gacilly le soir de la crevaison et de l'agression de Lionel, elle était en compagnie de son petit ami Jean-Sébastien et de Patrice. A un moment ils seraient parti tous les deux. Elle expliquera que depuis ce jour son petit ami est devenu nerveux et violent. Enfin elle avouera avoir entendu Patrice tenir des propos à Murielle l'invitant à mettre quelque chose dans le thé de Lionel, "pour être tranquille".

L'enquête concernant le téléphone portable de Jean-Sébastien établira alors qu'il se trouvait sur les lieux de l'incident de la crevaison le soir de l'agression de Lionel.

3.4 Audition de Jean-Sébastien Thomas

Interrogé Jean-Sébastien avouera avoir été l'auteur de l'agression à la barre de fer et au couteau sur Lionel. Murielle lui avait proposé 50 000 Euros pour tuer son mari.

Par la suite Murielle avouera avoir organisé les quatre tentatives de meurtre. Elle expliquera ne pas vouloir divorcer et désirer que son mari disparaisse. Elle avouera avoir donné des anxiolytiques à son mari et expliquera son geste en accusant son mari de violences conjugales. Or l'enquête de personnalité et de voisinage démontrera que Lionel n'aura jamais été violent, ni envers ses enfants ni envers sa femme. Les enfants confirmeront qu'il n'y avait aucune violence au sein du couple formé par leur parents, et que Lionel avait un tempérament calme. L'administration d'anxiolytique à Lionel par sa femme n'avait donc pas pour but d'éviter des violences de la part de Lionel.

Quant à Patrice il dira n'avoir fait que récupérer Jean-Sébastien sur les lieux du crime. Toutefois il sera démontré que Patrice aura aussi fourni le couteau à Jean-Sébastien, un couteau dont ils se sont débarrassés par la suite sur la route en le jetant par la fenêtre de la voiture.

3.5 Enquête liée aux comptes bancaires

L'étude des comptes bancaires démontrera que Murielle était dépensière et dilapidait l'argent des comptes épargne du couple.

De plus, il a été avéré que pendant le séjour de son mari à l'hôpital elle aura souscrit un crédit auprès de sa banque en imitant la signature de son mari : l'objectif consistait à obtenir le remboursement du crédit via l'assurance-décès liée au contrat de crédit.

Enfin, cette assurance-décès étant celle de l'employeur de son mari routier, celle-ci prévoyait le versement d'une somme de 1 à 2 millions d'Euros en cas d'accident survenu sur la route, par exemple après un choc avec une glissière de sécurité, un problème technique lié à l'ABS du véhicule ou à des boulons dévissés.



4. Le procès

Il s'ouvre le 13 mai 2014 devant les assises de Vannes.

Murielle déclarera ne plus être en couple avec Patrice, lui découvrira la rupture à cet instant. De plus, au cours du procès on découvrira que la vie de Patrice aura été celle d'un ancien SDF, tombé amoureux fou de Murielle en août 2011 et ayant ainsi accepté de l'aider lorsqu'elle le lui a demandé.

Jean-Sébastien, lui, était une personne démunie, un homme attiré par l'argent qui aura cédé aux 50 000 Euros proposés par Murielle. C'est à cet instant que Alizée découvrira que son petit ami avait été payé par sa mère pour tuer Lionel.

Murielle quant à elle était suvie par les services sociaux qui envisageaient de lui retirer la garde de ses enfants pour cause de défaillance dans ses devoirs de mère.

Verdict :

- Murielle Couret est condamnée à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir commandité l'assassinat,
- Jean-Sébastien Thomas est condamné à 12 ans de prison pour avoir porté les 7 coups de couteau,
- Patrice Pluot est condamné à 10 ans de prison pour complicité.

Le procès en appel se tiendra à la Cours d'Appel de Rennes, il confirmera les trois condamnations.



Source : Wikipedia : Affaire Floury



 

Au boulot,

encore elle ?...

Appelez le

01 45 84 24 24

(lundi :14h à 17h,

mardi au vendredi : 9h30 à 12h30)



Vous en avez marre
de cette vie ?...

Appelez le

09 72 39 40 50

(7j/7, 24h/24)

Copyright 2019 – SOS-Misandrie.org