SOS Misandrie

« Parce que les hommes battus d’aujourd’hui vivent le calvaire des femmes battues d’hier. »

 

 

Violences conjugales,
agressions sexuelles
 :

les oubliés de la France

 

1 homme sur 4 est victime de harcèlement sexuel au travail *.

1 600 000 hommes victimes d’un stress post-traumatique (SPT) à la suite d’un viol ou d’une tentative de viol subi dans leur vie *.

146 000 hommes victimes par an de violences conjugales tous types confondus *.

26 000 hommes victimes par an de violences sexuelles commises par leur conjoint.e ou ex-conjoint.e *.

67 500 hommes victimes chaque année de violences sexuelles physiques au travail *.

 

Et vous ? Quelle victime de la France misandre êtes vous ?

Violences conjugales,
agressions sexuelles
 :
la France de la honte !

 

0 plaquette informative de l’État où l’homme apparaît comme victime.

0 page Internet de l’État où l’homme apparaît comme victime.

0 précision de l’État pour dire que des structures prennent aussi en charge les hommes victimes.

0 structure d’État spécifiquement dédiée aux hommes victimes.

3 communications de l’État qui précisent qu’un homme a aussi droit au statut de victime ( 1, 2, 3 ).

99.7% communications de l’État qui suggèrent un sexe masculin pour évoquer un agresseur, mais  JAMAIS il n’y est suggéré qu’une victime puisse être un homme.

 

À la maison,

vous aussi ?

Appelez le 3919

(7j/7, de 8h à 22h)



Votre enfant,

risque ça ?

Appelez le
01 47 70 25 34

(7j/7, 24h/24)

FEMMES TUEUSES : L'Affaire Christophe Lejard.

 



Précision : les détails de cette affaire sont relatés ici de manière chronologique tels que les enquêteurs et les magistrats en ont été informés.



Résumé détaillé

L'affaire Christophe Lejard des nom et prénom de la victime, est une affaire criminelle française qui débute le 24 novembre 2010 à Rognonas dans les Bouches-du-Rhône. Au petit matin le corps de Christophe Lejard est découvert par son propre fils, Christopher, baignant dans une marre de sang au pieds de sa voiture sur l'allée menant au portail.

L'enquête permettra de déterminer que l'assassinat de Christophe Lejard a été commandité par sa propre femme Roseline Lejard née Painchault. Par l'intermédiaire de son fils Arnaud Privat issu d'un premier mariage, il sera établi que Roseline a payé un homme de main, Christopher Munsch, pour tuer son mari.

L'affaire sera marquée par un rebondissement : alors qu'elle se trouve en prison dans le cadre de cet assassinat, Roseline Painchault paiera sa codétenue Sylvie Colomer pour, dès sa sortie, assassiner Christopher Munsch qu'elle avait engagé pour tuer son mari.

Le verdict prononcé a comme particularité que la commanditaire de l'assassinat sera condamnée à une peine plus lourde que son homme de main qui aura assassiné la victime.



Les faits

Le 24 novembre 2010 à Rognonas, vers 7h et demi du matin, Christopher, le fils de Christophe Lejard monte dans sa voiture pour se rendre au travail dans la menuiserie familiale. En longeant l'allée menant au portail il aperçoit la voiture de son père, portière ouverte, moteur en marche. Il découvre alors son père étendu dans une marre de sang au pieds de sa voiture. Il rentrera donner l'alerte auprès de sa mère, Roseline Lejard née Painchault, qui appellera les secours.

Le corps comporte un impact de balle à l'arrière du crâne.



1. Enquêtes

Il sera établi que la famille avait pour habitude de laisser le portail de leur résidence ouvert. Or ce portail sera retrouvé fermé, ce qui a contraint la victime à sortir de son véhicule pour l'ouvrir, et donc à s'exposer. Ce détail mènera les enquêteurs sur la piste du guet-apens, et donc d'une préméditation de ce meurtre.

Des traces d'ADN seront retrouvées sur le portail. Alors qu'aucun membre de la famille fume, des mégots de cigarette seront retrouvés dans la cours en retrait du portail.

1.1 Enquête de voisinage

Interrogés par les gendarmes, les voisins déclarent avoir entendu une grosse détonation entre 6h45 ou 7h00. Ils ont constaté la présence d'une moto garée devant chez les Lejard alors que la famille ne possède pas de moto.

1.2 Enquête sur la famille Lejard

Christophe et Roseline sont en couple depuis 25 ans. Christophe Lejard est gérant d'une menuiserie qui emploie 16 salariés, il est apprécié par ses collaborateurs. Christopher est le seul enfant qu'ils aient eu ensemble. Roseline a deux enfants issus d'un premier mariage, dont Arnaud. La victime était connue pour être en conflit avec Arnaud qui n'acceptait pas qu'il puisse être le remplaçant de son père biologique auprès de sa mère. C'est pour cette raison que Arnaud avait refuser de venir vivre dans le mas familial et qu'il était resté dans l'Orne, en Normandie.

1.3 Autopsie et analyses

L'autopsie du corps de Christophe Lejard est réalisée à l'Hôpital de la Timone à Marseille. La présence de nombreux plombs autours de la plaie dans la nuque permet d'établir que la mort est due au tir d'une cartouche de chasse de calibre 12.

Les prélèvements ADN récoltés sur le portail mettent en évidence deux ADN : celui de la victime, et celui d'une personne qui n'est pas fichée au FNAEG.

Les mégots de cigarette ne contiennent aucune emprunte ADN exploitable.

1.4 1ère audition de Arnaud Privat

Interrogé, Arnaud déclarera ne plus être en conflit avec son beau-père depuis 2 ans. Il sera établi qu'au moment des faits Arnaud n'était pas sur les lieux du crime et se trouvait chez lui en Normandie.

1.5 1ère audition de Roseline Lejard-Painchault

Lors de son audition Roseline parait ne pas être affectée par la mort de son mari.

Elle lancera les enquêteurs sur la piste du règlement de compte professionnel en accusant son mari de malversations financières : détournement de fonds, emploi de personnel au noir et dessous-de-table. Mais les vérifications des relevés comptables permettront d'infirmer cette thèse, les enquêteurs se demanderont alors pourquoi l'épouse les aura dirigé sur cette fausse piste.

1.6 Audition de Liliane Berger

Le 3 décembre 2010 Liliane Berger se présentera spontanément aux gendarmes chargés de l'enquête. Elle se présentera comme étant la maîtresse de Christophe Lejard. Elle expliquera qu'ils se sont rencontrés étant plus jeunes et qu'ils se sont retrouvés il y a 6 mois via le réseau social Facebook.

Elle apprend aux enquêteurs que le couple Lejard battait de l'aile, que Christophe et Roseline étaient en instance de divorce et que Christophe comptait ensuite la rejoindre.

1.7 Audition de Maryse Lejard

Elle est la sœur de la victime. Elle se présentera aux gendarmes suite aux obsèques. Elle leur expliquera avoir été surprise de la sobriété de la cérémonie ainsi que de l'attitude de sa belle-sœur Roseline : souriante et lui expliquant que son frère Christophe se sera suicidé en se tirant une balle dans la nuque avec un fusil, chose techniquement impossible.

Elle expliquera être au courant du projet de divorce, et précisera qu'il est à l'initiative de son frère. Enfin, elle dira que lorsque Roseline a appris que son mari voulait la quitter celle-ci a vidé le compte PEL de son mari qui comportait 30 000 Euros. Elle indiquera que suite à cette annonce son frère craignait désormais que sa femme l'empoisonne, qu'il ne buvait donc que l'eau du robinet et achetait lui-même de quoi se nourrir pour éviter d'avoir à toucher à ce qu'il y avait dans le réfrigérateur et à ce que sa femme cuisinait.

Maryse expliquera que son frère avait prévu de quitter le foyer, que cela devait se faire le week-end suivant le jour de son assassinat.

1.8 2nd audition de Roseline Lejard-Painchault

Lors de cette seconde audition Roseline dira ne pas connaître la maîtresse de son mari. Elle reconnaîtra l'existence d'un projet de divorce dans son couple, mais prétendra qu'il était à son initiative. Or les enquêteurs auront accès aux échanges de mails qu'elle entretenait avec son mari et dans ceux-ci était mentionné à plusieurs reprises l'existence de Liliane Berger en tant que maîtresse de Christophe.

1.9 Enquête liée à l'ADN

Par la suite, pendant presque une année les enquêteurs s'efforceront de récupérer les empruntes ADN des personnes ayant connu Christophe Lejard pour les comparer avec l'ADN inconnu trouvé sur le portail. En Octobre 2011 cette comparaison permet d'établir que l'emprunte appartient à Christopher Munsch, un artisan de 26 ans habitant en Normandie et ayant effectué des travaux dans le mas Lejard l'été qui précèdera le meurtre.

Une recherche dans les fichiers de police fait ressortir que Christopher Munsch est connu pour des délits qui lui ont valu plusieurs condamnations à des peines inférieures à 1 an de prison : vols, détention de stupéfiants...

1.10 Auditions croisées de Christopher Munsch et Roseline Lejard

Christopher Munsch expliquera la présence de son ADN sur le portail par les travaux qu'il aura effectué dans la résidence Lejard. Toutefois cette possibilité sera invalidée par les enquêteurs, les travaux ayant été effectués en été, l'assassinat ayant eu lieu en novembre, les traces ADN n'ayant pu braver sans être détruites les aléas climatiques survenus entre ces deux périodes.

Finalement Munsch expliquera avoir été payé 15 000 Euros par Roseline pour parcourir les 1600 kilomètres qui le séparait du mas des Lejards et ensuite uniquement pour fermer le portail.

Les enquêteurs présenteront cette version de Munsch à Roseline Lejard. Celle-ci avouera finalement avoir payé Christopher Munsch pour qu'il assassine son mari.

Suite à cette confrontation Christopher Munsch sera inculpé d'assassinat et Roseline Lejard de complicité d'assassinat.

1.11 Exploitation des conversations téléphoniques et électroniques

Les relevés téléphoniques et électroniques démontreront toutefois que Christopher Munsch et Roseline Lejard-Painchault n'ont jamais échangé le moindre mail, ni le moindre sms ou la moindre conversation téléphonique. Les enquêteurs en concluent qu'un intermédiaire faisait le relais et permettait ainsi à Munsch et Painchault de communiquer entre eux indirectement.

Alors que Christopher Munsch est en détention, discrètement les enquêteurs mènent l'établissement pénitentiaire à lui faire parvenir un téléphone portable. Sur écoute sans le savoir, Munsch contactera Arnaud, le fils de Roseline. Leurs conversations mèneront les enquêteurs à comprendre que Arnaud était l'intermédiaire entre Roseline et son homme de main.

1.12 2nd audition de Arnaud Privat

Auditionné de nouveau, Arnaud avouera avoir servi d'intermédiaire. Il expliquera toutefois avoir été piégé par sa mère : celle-ci lui faisait croire que son mari était violent envers elle, amplifiant le mépris que Arnaud avait déjà envers son beau-père, avec pour objectif de l'amener à se rendre complice de l'assassinat de Christophe Lejard.

Arnaud avouera avoir acheté la moto ayant servi à Munsch pour se rendre chez les Lejards depuis la Normandie, avoir acheté le fusil et la cartouche ayant permis l'assassinat de Christophe Lejard, avoir fait un plan de la propriété pour aider Munsch à y évoluer, et repérer les véhicules, avoir demandé à Munsch de ne pas prendre son téléphone portable pour éviter qu'il ne borne pendant son périple. Il expliquera avoir conseillé Munsch sur l'itinéraire à emprunter de la Normandie jusqu'au mas en évitant les autoroutes pour ne laisser aucune trace de son passage aux péages ou face à des radars. Toutefois il sera démontré que Munsch aura commis l'erreur d'être flashé par un radar pour un excès de vitesse commis aux environs de Montluçon, et que sur le chemin du retour il aura acheté un café à 1,10 Euro avec sa carte bancaire à Millau. À cause de ces deux erreurs commises par Munsch et prouvant qu'il a effectué le trajet entre la Normandie et le mas Lejard, Roseline commencera à cultiver un sentiment de colère et un désir de vengeance envers son homme de main.



2. Contrats tacites entre Roseline Painchault et Sylvie Colomer

A sa sortie de prison, Sylvie Colomer, la co-détenue de Roseline Painchault, se rendra au commissariat de police pour expliquer que Roseline lui a proposé un contrat : en échange de 15 000 Euro elle devait tuer Christopher Munsch. Le plan prévoyait qu'une fois sortie de prison elle demande à voir Munsch au parloir de la prison, pour l'empoisonner. Le souhait de Roseline était de punir son homme de main pour ses erreurs commise sur la route l'ayant mené de Normandie au mas Lejard, ainsi que pour la trace d'ADN laissée sur le portail. Il sera établi que Sylvie Colomer recevra intégralement la somme prévue pour l'exécution de ce contrat.

Il sera aussi établi que Sylvie Colomer recevra l'intégralité du patrimoine de Roseline qui voulait organiser sa propre insolvabilité. Devenu effectif, ce transfert de patrimoine de 315 000 Euros prévoyait toutefois que Sylvie doive ensuite rembourser à Roselyne l'intégralité de la somme à hauteur de 300 Euros par mois pendant 66 ans.

Sylvie Colomer sera donc poursuivie pour deux tentatives d'escroquerie : l'une liée à ce don effectué hors cadre légal, donc sans imposition possible, et ayant pour objectif d'organiser l'insolvabilité de Roseline Painchault, et l'autre liée à la tentative d'escroquer sa donataire. Effectivement il sera établi qu'en dénonçant à la police les intentions de sa commanditaire concernant son projet d'assassinat de Munsch, Sylvie Colomer espérait que Roseline soit condamnée le plus sévèrement possible pour qu'elle-même n'ait jamais à lui rembourser le prêt.



3. Procès

3.1 1er procès

Le premier procès s'ouvre le 18 mai 2015 devant la cour d'assise d'Aix-en-Provence.

Roseline Painchault admettra avoir commandité l'assassinat de son mari, Arnaud reconnaitra avoir servi d'intermédiaire, et Christopher Munsch reconnaitra avec assassiné Christophe Lejard.

Roseline Painchault est également poursuivie pour escroquerie au préjudice d'une caisse de retraite qui avait lui versé un capital décès de 188 000 euros à la mort de son mari. Elle est également poursuivie pour avoir organisé sa propre insolvabilité en ayant versé environ 315 000 Euros à sa codétenue et ainsi priver les parties civiles de tout dédommagement.1

Le second jour du procès, suite à un malaise de Roseline le procès sera renvoyé.

3.2 2nd procès

Le second procès s'ouvre en juin 2016. L'ensemble des protagonistes de l'affaire y est poursuivie pour les mêmes faits que lors du premier procès.

Roseline Painchault y est décrite par l'avocat général comme une veuve noire dont la seule motivation était l'argent : elle aura tué son mari pour éviter le partage du patrimoine qu'aurait provoqué le divorce demandé par l'époux, ainsi que pour toucher le capital décès de son mari d'environ 188 000 Euros.

Les avocats de Roseline, Jean-Robert N'Guyen Phung et Denis Fayolle, diront que "cette affaire est une issue tragique pour une femme qui n'a pas accepté que l'homme qu'elle a aimé toute sa vie l'abandonne".

La défense de Arnaud Privat dira qu'il aura été "élevé comme un pitbull" par Roseline Painchault.

Verdict :

- Roseline Painchault sera reconnu coupable d'avoir commandité le meurtre de son mari, escroqué une caisse de retraite et avoir organisé sa propre insolvabilité. Elle sera condamnée à 25 années de réclusion criminelle.
- Christopher Munsch sera condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de Christophe Lejard.
- Arnaud Privat sera condamné à 15 ans de prison pour complicité d'assassinat.
- Sylvie Colomer sera condamnée à 5 ans de prison pour tentative d'escroquerie et complicité d'escroquerie.




Source : Wikipedia : Affaire Christophe Lejard



 

Au boulot,

encore elle ?...

Appelez le

01 45 84 24 24

(lundi :14h à 17h,

mardi au vendredi : 9h30 à 12h30)



Vous en avez marre
de cette vie ?...

Appelez le

09 72 39 40 50

(7j/7, 24h/24)

Copyright 2019 – SOS-Misandrie.org